Accompagnement de groupe pour les parents épuisés

Des groupes de soutien pour les parents en burnout (ou en chemin de l'être) sont organisés et animés par des psychologues de l'UCL dans différentes provinces de la Belgique . Heureuse que de tels projets voient le jour, je vous partage aujourd'hui une interview de Alicia Goodman et Sophie Hannick, qui animeront les 8 séances de groupe pour les parents épuisés,dans les locaux de la Mutualité Chrétienne d'Arlon.

 

Les séances sont gratuites et ouvertes à tous les parents, membres ou non de la Mutualité Chrétienne.

Bonjour Sophie, Bonjour Alicia,

 

Pouvez-vous me résumer votre parcours en quelques lignes ?

 

Je suis Sophie Hannick, j'ai une formation de psychologue de l'éducation et de psychomotricienne. Après un bref parcours en tant que chercheur à l'université catholique de louvain,  je travaille depuis 18 ans comme psychologue clinicienne à l'hôpital d'Arlon où je prends en charge aussi bien des enfants et adolescents que des adultes en souffrance. 

J'ai également de l'expérience dans la prise en charge des personnes autistes et dans le soutien à leurs parents. 

Et au niveau personnel, je suis mère de trois enfants. :-) 

 

Je m’appelle Alicia Goodman. J’ai fait mes études à l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve. Je me suis spécialisée en psychologie de la parentalité et de la périnatalité. J’ai participé aux études menées sur le burnout parental. J’accompagne actuellement les parents qui éprouvent des difficultés dans leur parentalité ou dans la relation à leurs enfants.

 

Vous allez donc animer un cycle de 8 ateliers, de mars à mai, à l’attention des parents qui souffrent ou pensent souffrir d’épuisement parental, appelé aussi burnout parental. Je suis maman mais j’hésite… Comment puis-je savoir si ces ateliers peuvent me convenir ? Quels sont mes problèmes ?

 

L'épuisement parental est une réalité encore peu connue, tant des professionnels que des parents. En fait, le parent se sent à bout, fatigué émotionnellement et physiquement dans son rôle de père ou de mère. Le parent épuisé n’a plus l’énergie de s’investir pleinement dans la relation à ses enfants. Les parents peuvent donc ressentir une absence de plaisir lorsqu’ils passent un moment avec leurs enfants. Le parent continue à assurer le strict minimum pour l’enfant (manger, se laver, dormir, trajets), mais il ne prend plus le temps de jouer avec lui ou d’écouter ce qu’il vit. Le parent fonctionne en mode automatique. Les parents en burnout parental se sentent souvent être de « mauvais parents », ils ne sont pas les parents qu’ils étaient ou qu’ils auraient voulu être. Ils peuvent alors culpabiliser, ressentir de la honte et s’enfermer dans le silence. Ils peuvent également avoir des idées noires. Pour résumé, un parent est en burnout lorsqu’il présente deux de ces trois symptômes : l’épuisement ; la distanciation affective vis-à-vis de ses enfants ; la perte d’efficacité et de plaisir dans son rôle de parent.

Le parent doit alors être à aidé psychologiquement  vu que les conséquences d'un burnout parental peuvent être graves et toucher différentes sphères. 

Les différents ateliers sont réalisés en groupe, pouvez-vous me dire l’intérêt d’un groupe pour dépasser l’épuisement parental ? Qu’est-ce que je pourrais apprendre en tant que parent ? Comment les ateliers vont pouvoir m’aider à mieux vivre ma parentalité ?

 

Les groupes de parents représentent un réel soutien à la parentalité pour plusieurs raisons. 

1. Tout d’abord, ils permettent de normaliser les difficultés vécues. Le parent ne se sent plus seul dans sa difficulté, il réalise que d’autres vivent des situations similaires à la sienne. 

2. Cela permet également de diminuer la culpabilité que le parent ressent. 

3. Les groupes de parole entre parents sont aussi l’occasion d’un échange de ressources entre les parents. 

4. Finalement, les groupes de paroles autour de la parentalité permettent aux parents de changer la vision qu’ils ont de leur enfant et d’eux-mêmes, afin de mieux vivre leur parentalité.

 

Je peux me sentir fort coupable et/ou fort fatigué(e) et ne pas avoir envie de me montrer, de me confier ou de m’investir, quels conseils pouvez-vous me donner pour vous rejoindre et qui pourraient m’aider à dépasser ma peur, ma culpabilité ou mon hésitation ?

 

Si vous êtes en burnout parental, vous devez sûrement vous sentir épuisé, au bout du rouleau et culpabiliser de ne pas avoir réussi à être le parent que vous auriez tant voulu être. Peut être que vous éprouvez des difficultés à demander de l’aide, car vous avez toujours voulu vous en sortir par vous-même. Peut-être que débloquer  2h de votre temps  pendant 8 semaines pour venir à des groupes de parole pour parents peut vous sembler très difficile. La première étape est de conscientiser que vous souffrez de burnout parental. La deuxième étape est d’oser prendre le temps de prendre soin de vous et de votre parentalité. Les groupes de parole peuvent être une solution pour vous y aider. Vous serez entourés d’autres parents en burnout parental avec qui vous pourrez échanger et avec qui vous pourrez surtout apprendre petit à petit à lâcher votre culpabilité et à reprendre confiance en vous, tout cela dans une atmosphère de bienveillance et de non-jugement. Le groupe se déroulera dans une atmosphère de respect du rythme de chacun. Personne ne vous obligera à prendre la parole, si vous ne vous sentez pas prêt. Participer au groupe de parole vous demandera certes encore un peu d’énergie, mais cela vous aidera surtout à trouver les ressources qui sont en vous pour rebondir et vous épanouir à nouveau dans votre parentalité. 

 

Merci pour vos réponses et merci pour tous les parents qui vont pouvoir être accompagnés durant 8 séances. Un petit mot pour la fin ?

 

Oser demander de l’aide, prendre soin de vous et de votre parentalité !  


Je te partage 5 ASTUCES pour AMÉLIORER TON QUOTIDIEN DE PARENT

et tisser des liens solides avec tes enfants.

Clique sur le livre pour le télécharger gratuitement ;)


Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Christel (mardi, 13 février 2018 10:17)

    Bonjour,

    Ce sujet m'intéresse beaucoup car je pense être dans ce cas.
    Peut être mon mari aussi.
    Sauriez vous si il y en a aussi du côté de Anvers ?
    Bien à vous,
    Christel

  • #2

    Carole (mardi, 13 février 2018 11:02)

    Bonjour Christel,

    Sur le site on trouve les différentes régions où il y aura des groupes. N'hésitez pas à téléphoner à l'antenne local de la mutualité chrétienne pour savoir ce qu'il est possible de faire.
    Si vous ne trouve pas de solution, sachez que je reçois également par Skype si vous souhaitez faire le point sur votre situation actuelle.

    Belle journée,
    Carole